Pour certains le travail à distance a débuté le 17 mars, mais pour d’autres il commence tout juste.  

Quoi qu’il en soit, il n’est pas trop tard pour réfléchir aux besoins de vos collaborateurs travaillant à distance.  La distanciation sociale est une nouvelle variable à prendre en compte. Mais comment ? Combien de jours de télétravail par semaine ? Avec quels outils ? Et quelle stratégie ? 

Par ailleurs, certains de nos clients envisagent de mettre en place ou d’augmenter le nombre de jours en télétravail de leurs salariés.

Vous connaissez certainement la pyramide de Maslow, qui hiérarchise les besoins de l’Homme. Nous nous la sommes réappropriée pour hiérarchiser les besoins d’un collaborateur en télétravail :

 

pyramide_besoins_télétravail

 

 

Notre conviction, c’est qu’il est essentiel d’écouter les dirigeants, les managers et les collaborateurs afin de trouver collectivement des solutions pour chacune des phases de cette pyramide.

 

Créer un environnement de travail adapté

 

Avec l’arrivée soudaine du confinement, chacun a dû se construire un espace de travail et trouver son rythme. Nos collaborateurs témoignent :

 

verbatims-télétravail-atecna

Thomas, Développeur Front-End chez Décathlon : « je suis en plein travaux, et la maison est en chantier. Au début je travaillais avec le PC sur les genoux ! Rapidement, j’ai essayé de me construire un bureau » 

Perrine, UX Designer chez OVH : « Je travaille depuis la chambre de mon fils, donc quand il va faire la sieste je redescends au rez-de-chaussée. Je gagne deux heures de temps par jour du fait de ne pas avoir à déposer mes enfants : je cours moins et je dors plus » 

Mounir, Chef de Projet chez Auchan : « Il a fallu gérer pas mal d’urgence, ce qui a généré beaucoup de fatigue. Mes journées étaient longues et je dormais mal. La situation s’est tassée le deuxième mois et j’ai pu travailler plus sereinement. ».

Aude, Lead UX : « Avec la visio, on a vite un sentiment de « non-stop ». C’est très immersif et on n’a pas toujours le réflexe de faire une pause. on fait donc la journée d’une traite. Les collaborateurs font également remonter que le fait de ne pas avoir à emprunter les transports s’avère être un poids en moins.

 

Fournir les moyens de travailler à distance

 

Aude, Lead UX : « Dans mon équipe, tout le monde a fini par trouver le bon outil de visio, définir ses horaires de travail ainsi que le temps imparti pour se synchroniser. Pour ma part, je me suis adaptée en tant que manager aux outils des collaborateurs »

Mounir, Chef de Projet chez Auchan : « Nous utilisions déjà tout un tas d’outils qui se sont avérés utiles lors de ce confinement, et en avons expérimenté de nouveaux tels que Miro pour collaborer à distance »

En cette période de confinement, il fallait aussi gérer les enfants. 👨‍👨‍👧‍👧

Pour Aude, « c’était compliqué d’organiser les devoirs, j’en suis arrivée à mettre en place un kanban ».

Pour Olivier, Consultant e-qualité chez Nocibé : « je me levais plus tôt le matin pour avancer un maximum et quand mes enfants étaient debout, j’acceptais d’aller moins vite dans mes tâches ». 

 

Permettre une collaboration efficiente

 

Olivier, Consultant e-qualité chez Nocibé  : « Ça a très bien fonctionné : avant le confinement, on a eu une réunion lors de laquelle on a tous pu échanger sur nos problématiques. Le plus compliqué c’était de gérer les enfants. J’ai beaucoup apprécié le télétravail, de façon générale : on est plus rigoureux et moins sollicité ».

Mounir, Chef de Projet chez Auchan : « On a pris nos marques en une semaine ou deux, et on a mis en place des rituels : ça m’a permis d’avoir un rythme. La journée modulable me plait beaucoup et c’est plutôt efficace ».

Thomas, Développeur Front-End chez Décathlon : « Je n’ai qu’une hâte, c’est de retourner dans les bureaux : en ce qui me concerne, j’ai un réel besoin d’avoir des échanges informels » 

Aude, Lead UX : « Ça nous a permis de structurer des échanges qu’on ne faisait pas avant. Il y a certaines choses qu’on fait « mieux » de cette façon »

 

Faire vivre la culture d’entreprise

 

Perrine, UX Designer chez OVH : « Il manque des échanges spontanés : socialement c’est important de retourner au travail. Personnellement, j’ai eu un coup de mou quand j’ai appris qu’on repartait pour un mois de confinement. »  

Olivier, Consultant e-qualité chez Nocibé : « Avec mon client, on s’est découvert autrement et c’est plutôt positif.  De façon générale, on a tous été solidaires et bienveillants, et on ne s’est pas mis la pression ».

Thomas, Développeur Front-End chez Décathlon : « Notre leader de communauté a pris l’initiative de mettre en place un rituel de 30 minutes de visio le vendredi. On y parle de tout, et ça permet de garder le contact ».

 

Construire l’avenir ensemble

 

Mounir, Chef de Projet chez Auchan : « Nous avons mis en place pas mal de nouveaux services en un mois, ce que l’on aurait pas forcément réussi à faire aussi rapidement en temps normal. La direction en est satisfaite et devrait renouveler sa confiance en ce qui concerne le télétravail ».

Aude, Lead UX : « Tout ce qu’il s’est passé me fait dire que l’on peut réaliser beaucoup de choses à distance. Nous avons même réussi à dispenser des formations et organiser un Design Sprint ».

 

Et vous, comment l’avez-vous vécu ?

Quelles habitudes allez-vous conserver ?

Et lesquelles allez-vous définitivement abandonner ?  

 

Pour mieux comprendre le vécu de chacun et demain pouvoir vous accompagner au mieux dans la reprise, nous vous solliciterons très prochainement à l’aide d’un rapide questionnaire afin de recueillir vos ressentis sur cette période.  

Alors pensez à vous abonner à notre page LinkedIn pour ne pas rater l’info !