Dans le domaine du e-commerce, on entend souvent parler de facettes et de filtres. Si les deux ont en commun d’aider le client dans sa recherche,  il convient cependant de bien les différencier. Très proches dans leur aspect, ils ne doivent pas être considérés de manière égale par les professionnels, notamment sur les questions d’indexation. Le point sur le sujet avec quelques exemples :

Les facettes sont situées au-dessus des filtres et reprennent les catégories de produits présents dans le nœud d’arborescence. La facette est très souvent nommée Catégories”. 

Voici un exemples de facettes et de filtres tels qu’on les rencontre couramment : 

 

Les facettes sont présentes non seulement pour aider le client dans sa navigation et son choix, mais elles ont aussi un rôle à jouer en terme de SEO. En effet, il va falloir indiquer dans le code que les facettes doivent être indexées par Google. Les catégories de produits étant très pertinentes, cela va permettre d’apporter un poids SEO plus important à la page concernée.

Les filtres sont pour leur part placés sous les facettes. Ils apparaissent régulièrement sous des appellations telles que “Type de produit”, “Couleur”, “Marque”, “Prix”, etc. Leur unique rôle sera d’aider le client dans son choix, en lui permettant d’affiner sa recherche afin de lui proposer exclusivement des produits en lien avec ses attentes.

Les filtres peuvent être commun à plusieurs nœuds d’arborescence. Par conséquent, ils ne vont pas apporter d’intérêt au SEO. Ainsi il faudra généralement, à l’inverse des facettes, indiquer à Google de ne pas les indexer. Il peut cependant y avoir des cas ou l’indexation des filtres est intéressante, notamment pour les marques.

 

Balises canoniques, « AJAX »… quelle solutions ?

 

Pour ce faire, plusieurs solutions existent :  

  • Technique AJAX (Asynchronous JavaScript and XML) : cette méthode permet de mettre à jour une page sans qu’elle nécessite le moindre rechargement visible par l’utilisateur de la page web. Dans le cas des filtres, cela permet à Google de n’indexer que le contenu pertinent à ses yeux. 
  • Les balises canoniques : la balise « rel= »canonical » va renvoyer à la catégorie principale sur lequel le produit est affiché afin de ne visualiser que les produits qui correspondent au nœud recherché. 

D’autres méthodes existent aussi comme l’obfuscation de liens et le « pagerank sculpting », ce dernier étant cependant en perte de vitesse.

L’une ou l’autre de ces manipulations permettront :

  • de faire gagner du temps à Google lors du scrawl.
  • d’éviter l’indexation de filtres non pertinents et donc le « duplicate content »
  • d’améliorer le poids SEO des pages catégories et du site dans sa globalité.

 

Data répertoriée… filtres optimisés.

 

Sans une donnée qualitative, un produit ne se vendra pas ou alors très peu. Cela peut engendrer des litiges clients car l’information transmise ne sera pas correcte ou incomplète. En effet, sur un site e-commerce, les filtres que l’on trouve la plupart du temps en colonne de gauche sur les listes produits sont construites grâce aux caractéristiques produits. 

Lors de la création d’une fiche produit, des caractéristiques doivent être remplies afin d’enrichir la donnée. Ces caractéristiques vont notamment permettre  de classer le produit dans la nomenclature web. 

Concrètement, une caractéristique = un filtre, et pour chaque caractéristique/filtre, il existe différentes valeurs de caractéristiques. 

Prenons la caractéristique « Type de produit » : elle peut contenir X valeurs de caractéristiques. Ces valeurs se retrouveront sur le site web de la manière suivante : 

 

Une caractéristique produit peut être commune à plusieurs familles. L’élément qui va permettre de n’afficher que les valeurs qui correspondent à une famille va être le rattachement de cette dernière à la nomenclature web. Dans le cas des perceuses et visseuses, elles seront reliées à la nomenclature: « Produits > Outillage électroportatif > Perceuse sans fil et visseuse » 

Les valeurs « électrique », « sur batterie »“thermique” seront quant à elles rattachées à la nomenclature web : Produits > Terrasse & Jardin > Tondeuse, tronçonneuse > Tondeuse autoportée. 

Voici à nouveau deux exemples : le premier sur des caractéristiques mal rédigées et le deuxième sur des caractéristiques mal enrichies.

 

 

Dans l’exemple 1, la mauvaise écriture entraine un doublon de valeurs qui entraine le risque que certains produits soient invisibles aux yeux de vos clients. De plus, visuellement, ce n’est pas très esthétique 😕

 

Dans l’exemple 2la liste contient 179 produits. On voit que le filtre contient 48 produits. Cela signifie que 73% des produits de cette catégories ne sont pas enrichies. 

Cela démontre une mauvaise gestion des ressources et de la transmission des informations produits. 

Pour pallier à cela, retenez bien ces quelques conseils :

  • Ayez une organisation suffisante pour gérer la masse de produits qui peut être présente.
  • Établissez un process à respecter pour publier un article uniquement lorsque les données sont remplies correctement.
  • Rédigez une charte éditoriale qui va permettre d’uniformiser les valeurs de caractéristiques et d’empêcher ainsi les doublons de valeurs.
  • Enfin, haussez votre degré d’exigence par rapport à la qualité des données tout en veillant à ne pas empecher la publication des produits, et surtout, en n’entraînant pas de retard par rapport à l’offre présente sur le site web 😉