Câbles terrestres et sous-marins, serveurs, antennes, box internet, terminaux…  Le numérique mondial représente un 7ème continent de l’ordre de 2,5 fois la France. Comment agir pour réduire notre impact numérique ?

Le numérique est tangible !  

L’impact du numérique est considérable sur la planète. La première cause est due à la fabrication des équipements utilisateurs, puis la consommation électrique des équipements utilisateurs, du réseau et des centres informatiques.

L’étude “Empreinte environnementale du numérique mondial” écrite par Frederic Bordage sur Greenit.fr mesure l’impact du numérique grâce à 4 facteurs :  

  • Épuisement des ressources abiotiques (ADP) : 22 millions de tonnes d’antimoine, soit l’équivalent de 18 millions de voitures.
  • Réchauffement global (GES) : 1 400 millions de tonnes de gaz à effet de serre, soit 1,5 milliards de français allant travailler pendant 1 an et 3,8% des GES mondiaux.
  • Bilan énergétique (EP) : 6 800 Twh d’énergie primaire, soit 4,2% de l’énergie primaire mondiale.
  • Tension sur l’eau douce (eau) : 7,8 millions de m3 d’eau douce (bleue), soit 242 milliards de packs d’eau minéral de 9L et 0,2% de la consommation mondiale.

Lorsqu’on mesure l’impact du numérique on se concentre sur 3 tiers 

1 – Les utilisateurs  

En 2019, il y avait 34 milliards d’équipements informatiques soit 8 équipements par personne ! Derrière cette moyenne, se cache de fortes disparités en fonction des zones géographiques.  

À titre personnel, j’ai fait le calcul : un smartphone, un ordinateur, une barre de son connectée, une enceinte bluetooth, 4 ampoules connectées, une tablette, une télévision … Me voilà donc à 10 équipements et je n’ai pas de montre connectée, de rétroprojecteur, d’écran d’ordinateur …  

Au niveau mondial, la majorité des impacts se trouve du côté utilisateur. 

2 – Le réseau

Ce sont les câbles et les box internet qui relient les centres informatiques à vos terminaux. Vous en voyez une partie, peut-être l’arrivée de la fibre, votre box (parmi 1,1 milliard de box) … mais la plus grosse partie est cachée ! 10 millions d’antennes relais et 200 millions d’autres équipement, principalement des câbles.

3 – Les centres informatiques  

67 millions, c’est le nombre de serveurs dans le monde, leur principal impact est dû à la consommation énergétique pour alimenter les serveurs et les refroidir.  

En France, la fabrication de l’ensemble de ces éléments constitue le principal impact  

tableau avec les consommations d'énergie
Source

Il n’est ni l’heure de juger ou de culpabiliser ; il est l’heure d’agir !  

En tant qu’experts des parcours digitaux, nous avons l’habitude de traiter de ces 3 enjeux :

  • Technique
  • Experience utilisateur
  • Economique

Et nous pourrions ajouter l’enjeu environnemental !

Et concrètement ?

Il est possible d’agir, notamment grâce à l’éco-conception. Nous pouvons repenser les parcours pour qu’ils soient les plus simples, frugales et pertinents. Cela permet d’améliorer l’expérience utilisateur et de réduire la lenteur perçue et donc l’obsolescence programmée.  
Pour vous donner un ordre d’idée, le poids des sites a été multiplié par 115 en 20 ans et par 4 en 10 ans.  

Ensuite, l’affichage des produits dans une liste peut être réduite de 25 articles à 10 articles. Ou encore à l’image de Google par rapport à Yahoo, il est possible de réduire le nombre de fonctionnalités non utiles pour se concentrer sur la fonctionnalité essentielle “faire une recherche en ligne”.  

Il nous est également possible d’agir d’un point de vue technique, en agissant sur les serveurs, sur l’architecture technique et sur le développement front & back. Cela peut prendre vie par des actions comme la compression des images, la mise en cache, utiliser des serveurs virtualisés, la mise en place d’un plan de fin de vie, éviter les animations en javascript, favoriser les polices standards…. 

Si nous prenons l’exemple de Vertbaudet, le poids de leur site a baissé de 68%, ce qui a permis d’utiliser moins de ressources serveurs et d’accélérer le chargement des pages.

métaphore des ressources d'une maison

Finalement, à la question “que peut-on faire en tant qu’expert des parcours digitaux pour réduire l’impact numérique sur la planète ?”  
Un peu à l’image d’une maison, nous pourrions : faire des diagnostics de déperdition énergétique, puis faire intervenir des experts pour identifier les travaux à prévoir, effectuer les travaux et entretenir dans le temps. Et seulement si cela est nécessaire, on rase la maison pour reconstruire du neuf !

Vous voulez en savoir plus sur la Green Perf ?